La formation des professionnels de l’animation

La formation des professionnels de l'animation

Formation des intervenants éducatifs et sociaux

Mouvement d’éducation nouvelle, les CEMÉA ont choisi de contribuer à une société plus égalitaire, plus juste et plus solidaire par la formation des intervenants éducatifs et sociaux.

Les CEMÉA Rhône-Alpes proposent ainsi de former les travailleurs du secteur social et socio-éducatif. Pour cela, ils organisent des formations diplômantes en animation professionnelle : BPJEPS, DEJEPS, DESJEPS, Certificat Complémentaire : Diriger un ACM ainsi que des Formations Professionnelles Continues dans les domaines de l’animation, de l’éducation spécialisé ou encore de la psychiatrie...

Pour le BAFA et le BAFD, voir rubrique Animation Volontaire.

L’offre de formations professionnelles des CEMÉA Rhône-Alpes

Filière Animation / Formations longues

BPJEPS Animateur "Loisirs Tous Publics" DEJEPS Animation Socio-Éducative ou Culturelle "Développement de Projets, Territoires et Réseaux" DESJEPS Animation Socio-Éducative ou Culturelle "Direction de structure et de projet"

Certificat Complémentaire
Pour compléter sa formation professionnelle, obtenir de nouvelles prérogatives...
Certificat Complémentaire "Diriger un Accueil Collectif de Mineurs"

Formation Continue / Formations courtes
Formation Professionnelle Continue

Vous avez un projet autour de ces formations, contactez-nous.

L’engagement des CEMÉA pour la formation des professionnels de l’animation.

Les CEMÉA revendiquent une conception de l’animation et des métiers d’animateurs qui se réfère au projet de l’éducation populaire conçu comme l’ensemble des pratiques qui visent à l’émancipation des personnes et des groupes. Dans cette perspective, la formation dans le champ de l’animation est un vecteur de transformation sociale, un acte politique, dynamisée et soutenue par une philosophie et des démarches d’éducation nouvelle.

Ainsi, les CEMÉA pensent que :

EXERCER LES MÉTIERS DE L’ANIMATION, C’EST :

  • Participer à la transformation des personnes, des groupes et des organisations.
  • Favoriser le développement des liens sociaux.
  • Agir pour l’autonomie des personnes et des groupes.
  • Soutenir les dynamiques des territoires.
  • Développer la vie associative et le bénévolat.
  • Aider les personnes et les groupes à interroger leurs références, leurs habitudes, leurs représentations.
  • Agir pour le développement des pratiques culturelles de tous.
  • Sensibiliser les personnes au vivre ensemble et à l’interculturel.

LA FORMATION EST PERMANENTE ET CONTRIBUE À LA TRANSFORMATION DES PERSONNES

  • Elle se poursuit après la validation d’un diplôme professionnel. Elle dure toute la vie professionnelle.
  • Elle dépasse la préparation technique d’un diplôme. Les démarches de formation nécessitent une implication personnelle qui fait que chacun se voit autrement, se connaît mieux et se découvre de nouvelles capacités.
  • Elle devrait être gratuite pour les participants et garantie par des financements publics et des financements issus des organismes collecteurs.

LA FORMATION EST UN LIEU DE RENCONTRE ET DE CONFRONTATION D’IDÉES

Elle est un espace de laïcité où se vivent les différences par la tolérance qu’elle nécessite et par les interrogations individuelles et collectives qu’elle suscite. Sans prosélytisme partisan, nous contribuons à la connaissance de toutes les formes de la vie démocratique, au suivi et à la compréhension de l’actualité, au décryptage des enjeux sous-jacents, aux projets professionnels comme aux politiques publiques et associatives.

LA FORMATION EST UN LIEU DU DÉVELOPPEMENT CULTUREL

Les animateurs ont un rôle à jouer dans l’accès de tous aux pratiques culturelles. Pour cela la formation doit être un lieu de découverte, de valorisation, de la diversité des pratiques culturelles.

Les CEMÉA et la formation d’animateur, une histoire, une expérience, des pratiques, un travail en réseau.

Les CEMÉA, mouvement d’éducation nouvelle et association d’éducation populaire, reconnue d’utilité publique, sont porteurs depuis plus de 70 ans d’une large expérience sociale et collective.
Dès leur création, les CEMÉA se sont engagés dans la formation des professionnels. Les premières initiatives de l’après guerre enracinés dans des besoins sociaux portaient sur les moniteurs des maisons d’enfants, les surveillants des centres de rééducation ou les personnels de l’hôpital psychiatrique. Nos actions construites dans la rencontre avec les acteurs de terrain, visaient à redonner une place centrale au public ainsi qu’à une transformation des fonctionnements et des projets des structures.

LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DE L’ANIMATION...

Aujourd’hui, chaque association régionale des CEMÉA mène des actions de formation professionnelle des animateurs.

L’ÉDUCATION NOUVELLE DANS NOS FORMATIONS SE TRADUIT PAR :

  • La prise en compte de l’individualité par un parcours différencié et adapté autant que possible à chaque stagiaire selon ses capacités et son rythme d’acquisition.
  • Le milieu de vie et les communications avec autrui jouent un rôle fondamental. L’ouverture sur l’environnement doit être source d’intérêt et de motivation. L’apprenant est au cœur de son propre apprentissage. La formation s’intéresse davantage à la manière dont chacun s’y prend pour apprendre. Elle s’appuie sur les activités et les interactions entre apprenants et permet que le groupe favorise les formes d’apprentissage coopératif.
  • La formation s’appuie sur la prise en compte des représentations des apprenants sur les objets d’apprentissage.
  • Pour permettre aux formateurs et aux stagiaires de réguler leurs pratiques, la dimension formative de l’évaluation est utilisée. Elle vise une plus grande autonomie des stagiaires. C’est par l’éducation nouvelle et les méthodes actives que la formation répond le mieux à son objectif historique d’émancipation et de participation.

Les références des CEMÉA...

UNE CONCEPTION ET UNE PRATIQUE DE LA FORMATION EN ALTERNANCE

L’activité professionnelle est à la base du processus de formation. Notre pédagogie de l’alternance s’appuie sur l’expérience de chacun mais aussi sur les pratiques et les projets des structures de terrain. La formation résulte de cette interaction stagiaires, centre de formation et terrain professionnel.

UNE PÉDAGOGIE PRIVILÉGIANT DES MÉTHODES ACTIVES

Les démarches de formation font une grande place aux travaux individuels, collectifs et coopératifs : échanges et confrontations de pratiques, d’expériences et de savoirs, pratiques d’activités, appui sur les réseaux professionnels et militants, démarches d’évaluation formative...
Les formateurs situent leurs cadres de référence et prennent en compte les réalités et les réactions des participants.

LA COHÉRENCE DES ÉQUIPES PÉDAGOGIQUES

Un formateur est le référent du groupe en formation durant l’ensemble du processus de formation. Il est le responsable de la mise en œuvre du projet de formation.
Les intervenants sont des formateurs permanents, des professionnels de terrain, notamment de l’animation, des élus, des responsables associatifs, des formateurs bénévoles militants des CEMÉA, acteurs de terrain ou investis dans des groupes de recherche pédagogique.

LA VALORISATION DU RÔLE DU GROUPE DE PERSONNES EN FORMATION

Les démarches mises en œuvre font que le groupe lui-même est formateur de ses membres, par les rencontres et les dynamiques qu’il permet. En ce sens, sa dynamique propre est un outil de formation avec lequel travaillent les formateurs.
La stabilité de ce groupe est recherchée, mais celui-ci n’est pas fixe, pour intégrer la possibilité de parcours de formation diversifiés.

L’AIDE AU DÉVELOPPEMENT D’UNE IDENTITÉ ET D’UN PROJET PROFESSIONNELS

Nos formations s’appuient sur l’expérience des personnes : histoire ou parcours dans l’animation, dans la vie sociale, dans l’engagement collectif. C’est à partir de l’élucidation de ces itinéraires personnels que s’opère la clarification des projets professionnels.
Une attention particulière est apportée aux responsabilités des professionnels dans la dynamisation de la vie associative et du bénévolat.

LA MISE EN PLACE DE DÉMARCHES D’ACCOMPAGNEMENT CULTUREL DURANT LA FORMATION

Le développement culturel est une des clefs du changement social et de la transformation des personnes. Il contribue à faire évoluer les représentations, d’avancer dans la connaissance de soi, de se décentrer de sa propre culture, de ses propres goûts, pour prendre en considération ce qui est culturel chez les autres. Nous espérons ainsi approfondir les questions du goût des autres, de la divergence, du droit de changer de regard et d’avis et donc du "vivre ensemble". Cette expérience culturelle est une condition et un atout pour les actions de terrain.

LA MISE EN ŒUVRE DE PARCOURS DE FORMATION ET DE SUIVIS PERSONNALISÉS

Chaque participant construit un projet personnalisé et contractualisé à l’intérieur du dispositif global de formation, et en cohérence avec celui-ci.
Les suivis portent sur l’ensemble du processus de formation : sessions au centre de formation, situations de terrain, travail personnel.

L’ATTENTION À LA QUALITÉ DU CADRE MATÉRIEL DES FORMATIONS

Les choix des locaux et les aménagements garantissent les travaux en groupe complet, en petits groupes ou individuellement.
Un espace de vie du groupe est prévu. Nous sommes attentifs à la mise à disposition d’un matériel adapté, aux contenus de formation.
Les activités des CEMÉA s’appuient sur un réseau de militants et de professionnels engagés dans l’action éducative sociale ou culturelle... Ces derniers garantissent notre ancrage dans la réalité des terrains et dans le courant de l’éducation populaire.
L’existence et l’activité de ce réseau constituent l’originalité d’un organisme de formation de l’éducation populaire. Les membres de ce réseau participent activement à la construction et à l’actualisation des formations. Ils interviennent dans les projets de formation, pour témoigner de leur pratique, pour transmettre leurs expertises et pour l’accompagnement individualisé des stagiaires.

FORMATIONS BAFA BAFD ET TRAVAIL RÉGULIER AVEC ORGANISATEURS ACM

Les CEMÉA ont créé le premier stage de formation de moniteurs et monitrices de colonies de vacances en 1937, geste inaugural de ce mouvement d’éducation nouvelle. Ils se sont depuis lors impliqués dans les formations de l’animation volontaire qui ont nourries les formations à l’animation professionnelle. Nous concevons le développement des ACM par l’articulation et la co-action de l’animation volontaire et professionnelle.

 Source : http://www.cemearhonealpes.org - Rédigé le : 10 octobre 2016