Mouvement contre le discours de Haine

Mouvement contre le discours de Haine

Les CEMÉA Rhône-Alpes soutiennent le "No Hate Speech Movement"

Les CEMÉA Rhône-Alpes s’engagent dans le mouvement contre le discours de haine.

L’association va conduire des actions de sensibilisation dans les formations d’acteurs jeunesse qu’elle propose (BAFA, BAFD et BPJEPS), des interventions dans des écoles, collèges et lycées, ainsi que des formations de formateurs autour des thématiques de la campagne (discours de haine, éducation aux médias, liberté d’expression, éducation aux Droits de l’Homme…).

Le discours de haine est devenu l’une des formes les plus répandues d’intolérance et de xénophobie en Europe. Un phénomène particulièrement inquiétant est l’incitation à la haine, de plus en plus présente dans le discours politique, ainsi que sa généralisation dans la sphère publique, en particulier par le biais d’internet. Lorsque l’inacceptable commence à être accepté, à devenir la norme, alors les droits de l’Homme sont véritablement menacés.

Personne ne songerait à nier qu’internet nous a apporté de formidables outils pour la communication, la solidarité, l’organisation du changement social et les loisirs. Pour autant, nous ne devons pas accepter qu’il soit utilisé à mauvais escient, comme instrument de torture et de propagande en ligne par les industries et les idéologies de la haine.

L’éducation est la seule solution à long terme pour prévenir le discours de haine, le dénoncer et encourager la solidarité à l’égard de ses victimes. L’éducation aux droits de l’Homme est essentielle pour préserver un climat de défense de ces droits fondamentaux face aux rapides changements auxquels sont aujourd’hui confrontées nos sociétés. Les enfants et les jeunes sont à ce titre tout particulièrement concernés, et l’éducation aux droits de l’Homme doit indiscutablement être présente dans l’éducation aux médias et à internet.

La campagne contre le discours de haine a été lancée pour répondre à ces défis. C’est une campagne portée par un mouvement au sein duquel les jeunes tiennent une place prépondérante, ils ont appelé à sa création et décidé de sa conduite. C’est là un point important, car ce sont aussi les jeunes qui comptent parmi les victimes les plus fréquentes des violations des droits de l’Homme en ligne par le biais de diverses formes de discours de haine et de harcèlement. Aux niveaux local, national et européen, le mouvement repose sur des coordinations nationales, de nombreux militants et un important réseau de partenaires, sans oublier le Conseil de l’Europe qui a permis le développement de la campagne. Lancé en mars 2013, la campagne est désormais présente dans plus de 35 pays et a dépassé les frontières de l’Europe, pour commencer à se développer en Amérique ou en Afrique.

Plus d’informations sur la plateforme en ligne du mouvement et sur sa page Facebook.
Si vous êtes intéressé pour vous former et mener des actions dans ce cadre :
vous pouvez contacter Domitille Hocq au 04 76 26 85 42

À lire également :

 Source : http://www.cemearhonealpes.org - Rédigé le : 13 février 2015