L’expérience d’animation en colonies de vacances et en centres de loisirs plébiscitée par les Français

L'expérience d'animation en colonies de vacances et en centres de loisirs plébiscitée par les Français

Un sondage commandé par la Jeunesse au Plein Air pointe la dimension éducative des colonies de vacances pour les enfants et l’enrichissement personnel de cette expérience pour les animateurs. Autant de constats qui vont dans le sens de la création d’un statut de volontariat de l’animation.

A la demande de La Jeunesse au Plein Air, Harris Interactive a interrogé à la fois les Français et les personnes ayant déjà été animatrices sur leur perception des centres de loisirs et colonies de vacances, ainsi que sur le volontariat de l’animation.
Cinq grandes tendances se dessinent :

1. Centres de loisirs et colonies de vacances contribuent fortement à l’éducation des enfants

  • Au moins 3 français sur 4 estiment que les centres de loisirs (79 %) et les colonies de vacances (75 %) contribuent à l’éducation des enfants.
  • Les Français estiment être une « bonne chose » de « mettre ses enfants en centre de loisirs » (90 %) et de les « faire partir en colonie de vacances » (85 %).

2. Les Français attendent des pouvoirs publics qu’ils facilitent l’accès aux centres de loisirs et colonies de vacances

  • Huit Français sur dix (79 %) considèrent que les pouvoirs publics doivent agir pour faciliter l’accès aux centres de loisirs et aux colonies de vacances.
  • Parmi les moyens, les Français semblent avant tout privilégier les aspects financiers.

3. Les Français associent l’animation à une activité associant plaisir et sens du collectif

  • Invités à décrire l’activité d’animation, les Français mobilisent spontanément des termes renvoyant à des évocations ludiques s’inscrivant dans un contexte de vacances et évoquent des valeurs de l’animation, telles que la « joie » ou le « partage ».
  • « Relations avec les enfants et les jeunes », « responsabilisation » et « travail en équipe » sont les mots spontanément associés par les Français à la fonction d’animateur.
  • De leur côté, les animateurs insistent sur des éléments tels que l’« ouverture aux autres », la « transmission de valeurs », le « sens pratique » et la « confiance en soi ».

4. Les animateurs occasionnels souhaitent avant tout développer des compétences, des capacités

  • Parmi les raisons qui les ont incitées à s’investir dans ce type d’activité, on trouve d’abord la volonté de « développer des compétences » (56 %), avant celle de « gagner de l’argent » (53 %) et le souhait d’exercer une activité tournée vers les enfants.
  • Neuf animateurs sur dix indiquent que leur expérience les a enrichis personnellement (91 %) et leur a permis de gagner en responsabilité (89 %).
  • Les personnes ayant été animateurs occasionnels déclarent davantage avoir été membres d’une association, d’un parti politique, d’un syndicat, d’une organisation cultuelle ou religieuse (78 %) par rapport à l’ensemble des Français (63 %).
  • L’expérience d’animation est perçue comme un « avantage dans le monde professionnel » par 77 % des Français et 78 % des animateurs.
  • L’animation occasionnelle leur a donné l’impression de permettre aux enfants de passer de bonnes vacances (98 %), de contribuer à leur épanouissement (94 %), de participer à leur éducation (88 %) et de leur transmettre des valeurs et des principes (87 %).

5. Un statut de « volontaire de l’animation » serait majoritairement approuvé par les français

  • Trois Français sur quatre (72 %) se déclarent favorables à la mise en place d’un éventuel statut de « volontaire de l’animation ».
  • 80 % estiment que ce statut permettrait un engagement plus massif des jeunes (80 %) et donnerait l’opportunité à plus d’enfants de partir en vacances (62 %).
  • Cependant, si les Français approuvent cette mesure, ils estiment qu’elle devrait s’accompagner d’une prise en charge financière de la formation (91 %) et d’une protection sociale (89 %).

« Les personnes interrogées confortent l’importance éducative des centres de loisirs et colonies de vacances pour les enfants. L’animation occasionnelle apparaît pour les Français comme un véritable espace de responsabilisation, dont l’expérience enrichit personnellement. Elle contribue à fabriquer des citoyens. Autant de constats qui vont dans le sens de la création d’un statut du Volontariat de l’Animation » déclare Jacques Durand, président de La Jeunesse au Plein Air.

Retrouvez ci-dessous les détails de ce sondage.

À lire également :

 Source : http://www.cemearhonealpes.org - Rédigé le : 18 juillet 2014