Les CEMÉA s’engagent pour le retour des jeunes en Montagne

Les CEMÉA s'engagent pour le retour des jeunes en Montagne

3 projets en partenariat avec la Coordination Montagne, la FFCAM et le GHM

Le village de La Chapelle en Valgaudemar, dans le département des Hautes-Alpes, était du 6 au 13 juillet dernier, un véritable laboratoire du retour des jeunes à la montagne...

  • 30 adolescents étaient inscrits sur un camp jeune, organisé par le Groupement de Haute Montagne (GHM)
  • 17 stagiaires étaient en formation sur un approfondissement Montagne organisé par les CEMÉA Rhône-Alpes
  • 11 formateurs CEMÉA étaient réunis pour un stage national de formation de formateurs "Culture montagne et haute montagne", premier du genre organisé en partenariat avec le Club Alpin Français (FFCAM)

Étaient donc réunies dans un même lieu les "ingrédients" que la Coordination Montagne, la FFCAM et les CEMÉA défendent pour le retour des jeunes à la montagne :

  • des séjours de vacances autour des activités de montagne
  • des formations pour les "passeurs" que sont les animateurs et les éducateurs, pour leur permettre d’initier et d’accompagner des activités de montagne pour la jeunesse.

Le camp jeunes

Le camp jeunes à rassemblé 30 jeunes de la France entière qui se sont retrouvé pour pratiquer l’alpinisme encadré par les guides du GHM.

Le stage d’approfondissement BAFA

Partant du constat de la baisse de fréquentation des jeunes en montagne, cette formation a pour but de préparer les futurs diplômés du BAFA à emmener des groupes de jeunes en montagne dans la limite de leurs prérogatives.

Les objectifs de cette formation sont définis en fonction du cadre réglementaire BAFA, du projet éducatif des CEMÉA, du projet de la Coordination Montagne, des attentes des stagiaires et des besoins des professionnels de terrain. Ceci en accord avec le principe de former des animateurs compétents, qui puissent intervenir pour sensibiliser les jeunes aux activités de montagne, encadrer des activités dans la limite de leurs prérogatives et seconder efficacement un professionnel de la montagne.

Aussi ce stage devra permettre de :

  • Former des animateurs pratiquants
  • Former des animateurs capables de mettre en place des animations liées à la montagne, dans le cadre de leurs prérogatives
  • Former des animateurs capables d’accompagner les professionnels de la montagne durant la mise en œuvre de leurs activités
  • Former des animateurs/passeurs ayant une sensibilité montagne
  • Former des animateurs capables de mettre en place des projets montagne

La formation de formateur "Culture montagne et haute montagne"

Cette formation organisée par l’association nationale des CEMÉA en partenariat avec la FFCAM (Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne) dans le cadre de la convention signée entre nos deux organisations et plus largement de l’actualité et des enjeux des « activités de montagne » pour les CEMÉA. Elle s’inscrit dans les orientations du projet associatif et constitue un élément du dispositif national de formation des militants.

Ce stage s’appuie sur une vision commune des CEMÉA et de la FFCAM concernant des enjeux éducatifs liés au milieu montagnard et la nécessité de reconstruire et massifier une culture montagne chez les jeunes et les différents acteurs éducatifs. L’objectif partagé repose sur une ambition forte de recréer un vivier d’acteurs éducatifs qui soient des ambassadeurs, de par leur expérience et leur pratique de la montagne. Cela sous-tend la nécessité d’entretenir et de former ces « passeurs ».

Les CEMÉA ont relancé un groupe national montagne en 2007. Leur patrimoine sur les activités de montagne est très important. Ces question ont été abordées depuis l’origine pratiquement de notre mouvement (1er rassemblement des instructeurs de montagne en 1947). Il ne s’agit donc pas d’une préoccupation nouvelle mais bien d’une volonté politique forte de « réapparaitre sur les activité de montagne ». Il y a une disparition progressive des activités de montagne (ACM, classes de découvertes…) et une forte baisse de la fréquentation des jeunes en montagne. Il y a donc une nécessité de former des passeurs pour « ramener les jeunes à la montagne ».

À lire également :

 Source : http://www.cemearhonealpes.org - Rédigé le : 18 juillet 2014